vous avez dit HADOPI ?

Bonjour. Oui oui je sais, mon dernier post date d’il y a six mois, peut-être vous en êtes-vous rendu compte. Voilà ce que j’appelle un blog qui prend le temps héhé. Voilà un blog non réactif mais qui se dote du luxe du silence :=) Oui je me taisais, enfin ici, car j’ai continué d’écrire, mais je l’ai fait ailleurs, ici en public et là en privé. Et puis cette jachère de bloggitude m’a remis sur de nouvelles pistes. Je ne vais pas nécessairement écrire plus ou plus régulièrement, il s’est passé des choses dans ma façon d’aborder l’écriture dont il faudra un jour que je vous parle. Pour l’heure il faut chercher des lieux où écrire, des lieux nouveaux, inhabités, chaotiques, accueillants, et s’ils n’existent pas , les inventer. Il le faut, et puis des lieux pour lire aussi, car lecture et écriture sont liées.

La vie s’accélère, ne le sentez-vous pas ? Les réformes politiques sont menées à un train d’enfer et il est vrai qu’elles semblent émaner d’une même frénésie du contrôle généralisé. Le dernier projet de loi concernant le contrôle et la sanction pour téléchargements illégaux ne laisse guère de marge aux internautes. André Rouillé dans son Paris-Art-Com n° 240 ne laisse pas passer l’annonce sans noter les accrocs à la démocratie que ce projet entraîne, sous prétexte de défendre les auteurs. Il donne aussi la parole à Guillaume Champeau de Numerama.com qui nous dit en dix points les raisons pour lesquelles il faut dire non à ce projet de loi liberticide.

Lisez vite ces papiers ! Et si vous voulez les confronter à une autre source, voyez aussi le point de vue de l’ISOC (Internet Society)

bigbang