Long break

Bien long break depuis mon dernier article, désolé. Un mois déjà que je vous ai abandonnés pour les vacances d’août. Plusieurs raisons à cela (en plus des vacances) : mon ordinateur est (re)tombé en panne, après l’adaptateur secteur en juin, c’est le système de gestion de charge qui a grillé fin juillet, nécessitant une intervention en atelier, juste au moment où ma lecture de « Pure Poésie » était terminée, et où l’exposition des travaux des étudiants s’achevait, et au moment où il était presque l’heure pour moi de faire mes valises pour Shanghaï… J’ai poursuivi en partie mon activité texte-image sur Instagram et j’ai continué à  écrire pour le blog sous Evernote, mais sans images, depuis la tablette.

Ohhhh !!!!!

Les articles de ces moments là sont faits ou en cours d’écriture, mais je n’ai pas encore trouvé le moyen de récupérer mes images sur l’appareil photo et la caméra : ces engins sont récents, tellement que mon ordinateur de 2012 ne peut pas y accéder, c’est vrai qu’en 2012, c’était la pré-histoire ! Cinq ans tout de même… une éternité.

Bref, je vais poursuivre et poster la suite, dès que j’aurai trouvé câbles et adaptateurs ou autres ordinateurs pour faire le pont ! A venir donc, deux articles pour le workshop, et un pour la lecture de « Pure Poésie », c’est l’affaire de quelques jours… Après j’en aurai encore quelques-uns car les sujets s’enchaînent sans tarir, beaucoup de choses à écrire encore sur cette magnifique et intense expérience humaine.

Je m’étais promis de changer d’ordinateur pour un PC portable sur lequel j’installerai une belle distribution Linux pour artistes et graphistes, car après 3 mois en Chine, et 25 ans d’aveugle servilité envers Apple (mea culpa), je ne veux plus qu’une chose maintenant : retrouver ma liberté.

Je ne veux ni la soumettre aux dictats des contrôleurs abusifs, ni à ceux, cyniques, du capital décérébré. Idem pour le smartphone sous IOS et pour les réseaux sociaux, qui te disent qu’ils ont verrouillé ton compte (Pinterest, LinkedIn, Google, Paypal…) car c’est vraiment bizarre que tu sois à Los Angeles aujourd’hui alors que tu étais hier à Londres et à Tokyo avant-hier ; et que ça doit pas être toi en fait au bout du terminal mais un salaud d’usurpateur. Ils vont donc t’envoyer un SMS pour bien sécuriser le compte hein – entre deux vérifications par Captcha vite fait pour être bien sûr que tu sais reconnaître un panneau de signalisation – vérifier si c’est bien toi mais non !!!!! Ne faites-pas ça siouplait ! Ne m’envoyez pas de SMS sur mon téléphone français car Free l’a désactivé d’autorité (pour mon bien) après le dépassement de 55 euros en 10 minutes en arrivant à l’aéroport de Shanghaî sans même que j’ai eu le temps de dire à Ting que j’arrivais au bus de 11h… Mais depuis, j’en ai un autre, un puce Chinoise, attendez, je vais vous le donner, ahhh, trop tard… Mon compte est maintenant passé en mode bloqué (puisque j’ai pas pu empêcher l’envoi du SMS sur le numéro français et qu’on ne m’a pas donné la possibilité de déclarer un autre numéro de téléphone, puisque le mien, qui est désactivé puisque en dépassement forfaitaire en Chine et qu’en Chine pour pouvoir continuer à vivre avec ses amis, sa famille, on DOIT utiliser un putain de VPN, et que si t’en as pas, sans être ni un p… de terroriste ni un activiste ni un détracteur mais juste tu veux répondre à tes enfants sur WhatsApp qui fait partie des applis interdites, parce que liées au diable… Eh ben tu peux pas gros ! Tout ce fatras numérique vous rends suspect, épié, puis bloqué puis complètement dingue à vouloir péter votre portable et votre ordi et la tablette à grands coups de pieds et de barres de fer puis à les mouliner menu dans le robot-mixeur qui n’attends que cette vengeance (il se fait sans cesse moquer par eux pour son peu d’intelligence) et à aller pleurer assis sur les marches en béton en buvant frénétiquement du Baijiu…

Bon j’arrête, mais si vous voulez, j’ai presque la même histoire avec la Carte Bleue Visa super de course internationale Golden VIP, vantée par la conseillère La Banque Postale avant le départ, qui vous a coûté un bras parce qu’elle offre beaucoup plus de garanties que la Visa Internationale de base, mais dont personne ne veut ici (à part Apple et quelques distributeurs ATM repérables sur Google Maps (uniquement accessible sous VPN) parce qu’elle ne vaut rien de rien.
Parce qu’ici pour prendre le taxi, le train, le bateau, payer sa nourriture au resto, l’hôtel, la réparation de ton ordi, à la supérette du coin, ou louer un vélo, tu choisis, tu commandes, tu payes avec ton portable ! Instantané, commode, pas d’argent sur toi ! Waouuuu chouette ! (Géolocalisation gratuite et permanente garantie de tous et de chacun) Sauf qu’il faut pour cela : 1) en avoir un (de portable chinois)  2) parler et écrire chinois 3) connecter tes applications magiques à une carte bancaire… chinoise, ta Visa Golden Mon Derche les fera bien rigoler, elle a même pas d’idéogramme ahahah. Tiens, il serait intéressant de savoir ce que vit un Chinois arrivant en France.
Bref, rien ne vaut la fraîche, l’oseille, le flouze, le cash, la tune, bien planquée dans tes semelles à double cloison ou roulée façon cigarettes sans filtres dans un faux paquet de clopes (attention à pas se tromper). Bref, je me suis braqué, je me suis  radicalisé je le reconnais, mais uniquement pour ne pas devenir fou, je vous le jure monsieur le juge.

Je veux maintenant devenir furtif, indétectable, transparent, invisible, impiratable, décider moi-même des mises à jour, de où quoi quand, des préférences de localisation des réseaux sociaux, leur suggérer d’ajouter une préférence « En mobilité avec VPN » ou « Usage d’un VPN » quand je suis à l’étranger de façon à ce qu’ils arrêtent tous de m’envoyer un mail à chaque fois que leur logiciel de contrôle trouve bizarre 1) ma vitesse dangereuse de déplacement sur le globe, 2) que je relève mes mails tous les jours depuis une localisation différente… Je veux n’utiliser que des logiciels libres et ouverts, avoir un PC modulable robuste et réparable par (petites) pièces détachées. C’est pas trop demander non ? Eh ben on va voir ça bientôt. Je vous tiendrai au courant.

Voilà où j’en étais lorsque mon MacBookPro a cramé sa gestion d’alimentation interne, manifestant par là sa désapprobation quand à mes projets d’équipements somme toute assez raisonnables vu la situation. C’est assez bénin mais radicalement bloquant car l’ordinateur refuse de démarrer, il « fait le mort ».

Sans être psychologue, on pouvait aisément voir là les signes d’une violente somatisation pour ne pas dire d’un passage à l’acte. Il est vrai que le fleuron de Cupertino (made in China) a du également subir les outrages de mes recherches du type : « Le meilleur PC portable pour Linux » ou encore « Quel Linux pour quel portable ? » ou encore « Vivre libre avec Linux » ou pire : « Quitter les GAFA pour un pays FRAMA Libre ».

On a tort de faire de l’anthropomorphisme avec les ordinateurs : ils ont horreur de ça, c’est en tous cas ce que me dit le mien de temps à autre, ce à quoi je lui réponds en général excédé : « Ta gueule gosse de riche. »